Question Arret tabac et capacité pulmonaire



Bonjour Professeur
J’ai 64 ans ( tres léger surpoids : 77 kg pour 1m72) et un passé de très gros fumeur : 35 ans de tabac avec deux paquets par jour les 10 dernières années. Je vais fêter prochainement le 6ème anniversaire de mon arrêt.
A l’arrêt de ce tabagisme intensif, j’étais dans un état physique désastreux (pour avoir une idée , je ne pouvais faire 100 mètre sans m’arrêter reprendre ma respiration )
Je me suis remis au sport (randonnée, marche nordique, vélo)
Je respire mieux mais ne peut me passer de (seretide 250) médicament pour asmathique associant un corticoïde et un bronchodilatateur.
Malgré cela , dés que je dépasser (environ) 5,5 km /h sur le plat ou que j’aborde une pente un peu raide , je me trouve rapidement dans une sorte "d’apnée" (essoufflement tres important).
Ma question est la suivante : Pensez vous que dans ces cas précis (sortie nordique, rando "sévère") un aérosol à effet instantané (genre ventoline) pourrait être envisager en complément du traitement de fond avec SERETIDE.
"on" m’a aussi dit qu’une cure annuelle (La Bourboule, Le Mont d’Ore) ( villes thermales traitant l’ashme) me ferait du bien
Qu’en pensez vous ?
Merci de vos réponses

Réponse

  • Félicitations pour l’arrêt du tabac !
    Votre inquiétude est justifiée car cet essoufflement engendre également des angoisses et vous limite dans vos efforts. Dans un tel cas il n’y a pas plusieurs réponses possibles, une seule doit vous être donnée qui consiste à faire une épreuve d’effort chez le cardiologue car on verra ainsi quelle est la part dans votre essoufflement de la composante respiratoire et de la circulatoire. Je m’explique : il n’est pas impossible que cet essoufflement ait aussi une origine circulatoire cardiaque. Vous avez 64 ans, c’est le moment de faire le point. Pendant l’effort on enregistrera votre électrocardiogramme, votre tension artérielle, votre respiration, on verra l’effet du broncho-dilatateur et on vous dira les limites à ne pas dépasser en fréquence cardiaque pour vos efforts, car vous devez continuer à faire du sport. Attention quand même à 64 ans à ce que signifie « rando sévère » car le risque est de vouloir souvent faire comme les jeunes !
    S’il faut modifier votre traitement c’est votre médecin traitant qui le fera, de même que la prescription d’une cure. Je suis personnellement convaincu de l’effet positif des cures. Mais chez vous il y faut comprendre qu’il y a probablement aussi la bronchite chronique du fumeur et il faut tenir compte.


0 vote



Connaissez-vous le livre du créateur d'Eureka-sport?
Du pur bonheur...


Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive