Question Kyste synovial



Bonjour
dans le cadre des cours de karate que je donne, nous faisons regulierement des series de pompes. Une de mes eleves n’y participe jamais car elle a des kystes de synovie dans les poignets et cela lui occasionne des douleurs des qu’elle contracte les poings trop longtemps, ou qu’elle s’appuie dessus. Je sais pour avoir un peu fouiné que ce ne sont pas des kystes dangereux et qu’ils se resorbent aussi vite qu’ils sont venus mais pensez vous que je pourrai lui prescrire l’equivalent des pompes, par ex contre le mur, ou en appui sur des petites poigneés, pour mettre le poignet moins en porte à faux ?
merci d’avance !

Réponse

  • Ce problème n’est pas fréquent, mais si le diagnostic est fait, si c’est vraiment un kyste synovial, il n’y a pas de souci à se faire. Il s’agit donc d’un kyste synovial du carpe, souvent de la face dorsale.
    L’irritation d’un nerf peut expliquer les douleurs et parfois le tableau est celui de sensations nerveuses de type endormissement de la main (paresthésies)
    Comme ils disparaissent parfois en quelques jours ou quelques mois, ils peuvent aussi bien récidiver sans avertir.
    Il faut quand même les montrer au médecin, car il peut par certaines analyses sanguines s’assurer qu’il n’y a pas d’arthrite en préparation.
    Le problème de leur apparition doit attirer votre attention, puisque les causes de leur formation peuvent être mécaniques, par mouvements forcés des articulations, microtraumatismes par mouvements répétés de faible amplitude, et pressions au niveau du carpe (poignet) On en trouve souvent chez les violonistes, les escrimeurs, les pianistes, les dactylos, les gymnastes et les haltérophiles.
    J’en reviens à votre question.
    Si c’est l’entraînement qui favorise leur apparition, il est certain qu’une attention particulière doit être accordée à cette élève, en tenant compte qu’il faudra éviter les mouvements qui irritent le poignet.
    Si votre entraînement n’y est pour rien, il me semble qu’il vaut mieux attendre leur disparition plutôt que de chercher des gestes moins traumatisants.
    Par conséquent, éviter les gestes répétitifs et fatigants du poignet en dehors des épisodes de kystes.
    Vos propositions d’efforts contre le mur ou en appui sont à essayer.
    Laisser carrément le poignet au repos en période de kystes.
    Chercher si la profession exercée par cette personne contient un facteur favorisant.
    C’est bien de s’occuper ainsi de vos élèves, félicitations.
    J’allais oublier, éviter les écrasements à la pièce de monnaie, et dédramatiser.
    Ces kystes ne présentent aucun danger.
    AC


0 vote



Achetez le livre du créateur d'Eureka-sport.
Du pur bonheur...


Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive