La Thériaque, qu’est ce que ça peut bien être ?



Une préparation pharmaceutique appelée " Thériaque " existe depuis la plus haute antiquité. Elle est fabriquée à partir d’un nombre incroyable de composants.
Le point de départ est un antidote que Mithridate avait composé avec 54 substances, pour échapper à tous les poisons. Cette drogue fut tellement efficace que ce pauvre roi ne réussit pas à s’empoisonner et dut se faire égorger par ses soldats, pour ne pas être pris par les armées de Pompée.

Plus tard on y ajouta de la chair de vipère et la thériaque de Venise arriva à 150 ingrédients. Même si on disait que plus elle contenait d’ingrédients, plus elle pouvait guérir de maladies, c’est avant tout la chair de serpent qu’elle contenait, qui était considérée comme la partie le plus active.

Parmi les maladies graves que la thériaque guérissait, on trouvait entre autres : morsures et piqûres de bêtes venimeuses, peste, fièvres, variole (petite vérole), dysenterie, choléra, paludisme (fièvre quarte), convulsions, épilepsie, paralysie, sans oublier qu’elle guérissait de l’impuissance, tuait les vers et dissipait les " ventosités " c’est à dire évacuait les gaz intestinaux.

N’oublions pas que la même préparation soulageait aussi bien les animaux que les hommes. Comment envisager de mourir empoisonné, quand on détenait la formule de la thériaque ?

Deux autres préparations étaient concurrentes de la thériaque : le mithridate et la hyacinthe. Cette dernière contenait un petit os que l’on trouve au fond du cœur des vieux cerfs, des saphirs, émeraudes et topazes, ainsi que de l’or et de l’argent pour donner un bel éclat à la préparation.

Quant à la thériaque dite " des riches ", modifiée à la fin du 19ème siècle, elle est formée d’une poudre de 52 composants que l’on mélange à de la térébenthine de Chio, à du miel blanc et à du vin de grenache.

On y trouve toutes sortes de condiments, des fruits, des feuilles et des tiges de toutes sortes, des champignons, des pétales de rose, du safran (qui réjouit le cœur), de la gomme arabique, de l’argile, de la mie de pain, et…de l’opium en assez grande quantité (12,5 %) Cela donne une pâte molle que l’on conserve dans un pot. Il est certain que l’opium devait soulager bien des douleurs !

Il y avait déjà la médecine à deux vitesses, une pour les riches et une pour les pauvres. La Thériaque " des pauvres " ne contenait que 4 ingrédients !


0 vote

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive