Les randonnées en montagne.



Les randonnées en montagne, et même en haute montagne, sont à la mode. Mais attention, elles ne sont pas à la portée de tout le monde. Pourquoi ?

Vous avez besoin d’oxygène pour vivre, or la pression de l’oxygène de l’air que vous respirez diminue avec l’altitude.

Le manque d’oxygène est alors compensé automatiquement par une respiration plus forte.
Certaines personnes, pour des raisons congénitales et mal connues, respirent à toutes les altitudes comme s’ils étaient encore au niveau de la mer : leur cerveau, leurs muscles et tout leur organisme manquent d’oxygène, à peu près à partir de mille mètres. Ils sont très fatigués et font des malaises et des pertes de connaissance qui mettent leur vie en danger. Ils s’étouffent littéralement.
Soyons vigilants !

Il vaut mieux arrêter l’ascension dès qu’on ne se sent pas bien, redescendre progressivement jusqu’au palier qui paraît supportable, et renoncer à suivre les autres. Un accompagnant guide de montagne sera alors le meilleur conseiller.
Les randonnées en altitude moyenne (1000 à 2000 m) et haute (au-delà de 2000 m), sont contre-indiquées aux épileptiques, à ceux qui ont subi des opérations du cerveau, qui ont eu des accidents vasculaires cérébraux, aux insuffisants respiratoires de toute nature, à ceux qui ont souffert d’œdème pulmonaire ou cérébral, d’hypertension pulmonaire, qui ont eu des caillots dans leur sang (maladies thromboemboliques) et évidemment à ceux qui ont déjà eu des malaises en altitude.
Ceux qui ont de l’hypertension artérielle, et ceux qui ont une maladie coronarienne, peuvent séjourner en altitude à condition d’en parler à un médecin, et de vérifier leur aptitude par un test d’effort avant le départ.
Dans tous les cas il est conseillé à tout le monde de subir un bon entraînement dans le mois qui précède toute ballade en haute montagne.


0 vote

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive