Question Viande



Bonjour Professeur,
Tout d’abord, merci pour cette base d’informations et de conseils qui est très précieuse pour nous formateurs.
Pouvez-vous nous dire si le sportif peut manger de la viande et pourquoi ?
Encore merci,
Daniel

Réponse

  • Vous tombez bien, voici un document reçu du Centre d’Information des Viandes (CIV) qui informe les sportifs sur le cycle de conférences à venir : Je rapporte leur texte

    L’équilibre alimentaire du coureur à pied en question

    Comment bien préparer son organisme aux efforts longs ?
    Comment compenser les pertes en fer engendrées par la foulée du marathonien ?
    La consommation de viande rouge est-elle compatible avec la pratique de la course à pied ?

    Autant de questions que soulèvera le Centre d’Information des Viandes (CIV) du 7 au 9 avril 2005 au Marathon Expo , à l’occasion du cycle de conférences qu’il animera en continu avec des diététiciennes spécialisées en nutrition sportive.

    L’alimentation du marathonien : choisir le bon carburant
    Si l’accroissement de la dépense énergétique du sportif doit être compensé principalement par un apport de glucides tels que les céréales (pain, pâtes, riz, blé …), les légumes secs, les pommes de terre… et les sucres simples, il n’en reste pas moins que l’intégrité musculaire est essentielle. Les protéines intervenant dans la contraction du muscle jouent également un rôle prépondérant chez le sportif. D’où l’importance de l’apport alimentaire en protéines animales et végétales.

    Le fer, un allié de la performance
    Le fer, qui entre dans la constitution des globules rouges via l’hémoglobine, contribue au transport de l’oxygène dans l’organisme. Il fait partie des minéraux évacués en quantités importantes pendant l’effort, notamment par la sueur, mais aussi les urines et les selles.
    Dans le cadre d’exercices soutenus comme le marathon, les micro-chocs engendrés par la foulée font « éclater » des globules rouges ; ces micro-chocs sont en partie responsables de l’augmentation des pertes en fer.
    Il est donc nécessaire que le sportif consomme régulièrement des aliments riches en fer bien assimilé tel que la viande rouge, pour l’aider à couvrir les apports conseillés en fer.

    Bien manger pour mieux récupérer après l’effort
    Contrairement à une idée reçue, l’alimentation n’influence pas significativement la production d’acide urique et donc de « toxines », quelle que soient l’origine des protéines (animale ou végétale) et la quantité ingérée.
    Intégrer de la viande dans l’alimentation post-effort permet donc de contribuer à la réparation musculaire et à une meilleure synthèse protéique.

    Les qualités nutritionnelles des viandes
    La viande présente de nombreux atouts pour le sportif :
    - des protéines de haute qualité, qui apportent tous les acides aminés indispensables en proportions équilibrées, utiles au sportif pour constituer et régénérer sa masse musculaire.
    - des oligo-éléments tels que le fer et le zinc, nécessaire à la synthèse protéique et au métabolisme glucidique.
    - des vitamines du groupe B, notamment la vitamine B12, indispensable à la formation des globules rouges.
    - des lipides en quantité modérée, inférieure ou égale à 6% dans la plupart des morceaux.

    Pour le sportif, mieux manger, c’est manger équilibré, c’est-à-dire de tous les aliments, pour apporter au corps les nutriments indispensables à son bon fonctionnement.
    Marathon_Paris.pdf


0 vote

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive